Un centre de santé isolé et oublié obtient une deuxième chance

L'équipe du Health Leadership Project de l'USAID

S’assurer de la qualité des soins dans les institutions sanitaires, en particulier dans les établissements les plus difficiles d’accès, est une source d’inquiétudes constante pour les autorités sanitaires publiques en Haïti. Le centre de santé de Morne à Brûler, situé dans la 3ème section communale de la Vallée de Jacmel, à 100 km au sud-ouest de Port-au-Prince, est un exemple de ce défi.

Bien que devant desservir une population de 10 267 habitants, ce centre ne fonctionne plus depuis 3 ans. La population a forcé les prestataires du centre à partir, en raison du fait qu’ils n’offraient pas les services comme attendu et trouvant que ces derniers manquaient de professionnalisme et de courtoisie. Dès lors, comment le Gouvernement peut-il regagner la confiance de la population et s’assurer de la bonne gestion de ces hôpitaux?

Etonnamment, c’est la crise de la COVID-19 qui a permis de répondre à cette question. Conscients que la pandémie a pu perturber les services de santé, menaçant la continuité de prise en charge d’autres problèmes courants qui constituent le pourcentage le plus lourd de morbidité et de mortalité du pays, le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), avec l’appui du Health Leadership Project (HLP) de l’USAID, a organisé une mission conjointe d’évaluation des institutions sanitaires des différents départements.

Le MSPP a fait appel au projet HLP non seulement pour fournir un appui financier mais aussi technique afin d’effectuer ce travail. Le projet s’est concentré sur la formation des cadres au niveau central sur les comportements que les superviseurs doivent adopter vis-à-vis du personnel médical, sur la constitution d’équipes pour la conduite des activités sur le terrain ainsi que sur l’actualisation des outils de supervision en ajoutant des checklists à utiliser lors des missions.

[Réunion communautaire avec le Dr. Lazarre (centre) et la population de la Vallée de Jacmel.] {Crédit photo : Dieunot St Paulin, Technicien bio-médical à la DOSS/MSPP}Réunion communautaire avec le Dr. Lazarre (centre) et la population de la Vallée de Jacmel.Crédit photo : Dieunot St Paulin, Technicien bio-médical à la DOSS/MSPPC’est au cours de cette mission que le Dr. Ted Lazarre, un cadre technique de la Direction d’Organisation des Services de Santé (DOSS) du MSPP, a constaté le fait que le centre de santé de Morne à Brûler ne fonctionnait plus depuis trois ans. Cette situation était très éprouvante pour cette communauté et, en raison du fait que beaucoup d’entre eux ne pouvaient payer les frais de transport vers le centre de santé le plus proche, devaient marcher pendant deux heures à l’aller et au retour pour avoir accès à des soins.

Soucieux de rendre accessibles les services à la population et utilisant les formations apportées par HLP, le Dr. Lazarre et son équipe ont utilisé les pratiques de bonne gouvernance comme impliquer les parties prenantes, établir une orientation commune et enfin établir une bonne gestion des ressources pour répondre au problème constaté. Avec un soutien de HLP, l’équipe a organisé une rencontre communautaire en impliquant les leaders religieux et départementaux de la zone en vue de trouver une solution pérenne à ce défi. Ensemble, la population a pu établir la date de réouverture de l’établissement, identifier les responsabilités de chaque personne pour le nettoyage et rendre disponibles les ressources matérielles et humaines.

HLP a effectué un travail important de coordination avec les membres de l’équipe sanitaire sur le terrain et le directeur départemental pour avoir son aval s’agissant des mesures nécessaires pour la réouverture du centre. La direction départementale et la communauté se sont également mis d’accord pour que les prestataires du centre de santé le plus proche effectuent des rotations de deux jours par semaine pour se rendre dans le centre de Morne à Brûler. Enfin, grâce au fait que le bâtiment et le matériel étaient restés en très bon état et grâce au fait que le centre disposait encore d’un stock suffisant de médicaments qui n’avaient pas dépassés leur date de péremption, le centre a pu ouvrir ses portes en seulement une semaine. La population a ainsi pu bénéficier de nouveau des services offerts par le centre comme les activités de vaccination ainsi que les consultations des médecins généralistes.

[Entrée du centre de santé après sa réouverture.] {Crédit photo : Dieunot St Paulin}Entrée du centre de santé après sa réouverture.Crédit photo : Dieunot St PaulinLe Dr. Lazarre, en observant les résultats de l’intervention de son équipe, et les résultats, s’est réjoui du travail qui a déjà été effectué : « Je me sens utile, je vois effectivement ce que cette visite de supervision a pu apporter à la population. Cette évaluation a contribué à une meilleure prise en charge des besoins et contraintes de l’institution pour améliorer la santé de la population. »

Avec ces nouveaux contacts noués avec la Direction d’Organisation des Services de Santé, la commune peut à présent continuer de négocier avec l’Etat pour que des membres permanents et bien formés puissent venir travailler dans le centre. Le travail du Dr. Lazarre et les leaders de la commune ont ainsi montré que « men anpil, chay pa lou » (plusieurs mains rendent le travail moins lourd).