Des efforts communautaires permettent au département du Plateau au Bénin de bénéficier de nouveau des services d’une ambulance

 {Barnabé Tchoudji/ Activité de Services de Santé Intégrés de l'USAID} Remise des documents officiels relatifs à la réception de l’ambulance médicalisée dans le Plateau. De gauche vers la droite : Le Chef de Service des Affaires Administratives et Economiques, M. Bernard Fagbohoun ; le Directeur Départemental de la Santé, Dr. Hypocrate Fatembo ; le Chargé de l’Administration et des Ressources, M. Télesphore Adomou ; M. Rafiou Aya ; le Directeur de l’hôpital de zone de Pobè, M. Bakary Abdoul Karibou.Barnabé Tchoudji/ Activité de Services de Santé Intégrés de l'USAID

To read this story in English, please click here.

Lorsqu’une femme enceinte a une urgence médicale, quelques minutes de retard peuvent avoir des conséquences dramatiques. Cependant, avec peu d’ambulances publiques dans certains endroits du Bénin, les familles doivent souvent passer ces précieuses minutes à trouver un moyen de transport vers l’hôpital.

Dans le département du Plateau, les patients se trouvent en difficulté depuis 2018, date à laquelle la dernière ambulance publique est devenue hors d’usage. De plus, les structures sanitaires privées facturent le transport avec un coût allant jusqu’à 25 000 Francs CFA (environ 46 USD), une somme importante pour beaucoup. D’autre part, les chauffeurs privés sont souvent réticents à effectuer les références à cause de l’état des pistes. Par conséquent, cette situation force les personnes à choisir entre débourser beaucoup d’argent ou prendre les transports en commun.

Des transports peu fiables mettent des vies en danger. Des audits récents de surveillance des décès maternels et ripostes ont démontré que des références tardives sont l’une des principales causes de décès maternels au Bénin. Du 1er janvier au 30 septembre 2020, le département a enregistré 1 125 cas de références obstétricales. Sur ces cas, 32 décès maternels dans la zone sanitaire de Pobè-Adja-Ouèrè–Kétou et dans celle de Sakété–Ifangni furent enregistrés et une partie de ces décès aurait pu être évitée si une ambulance avait été disponible.

Face à cette situation, l’Activité de Services de Santé Intégrés de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) s’est mobilisée pour réunir les leaders communautaires afin de plaider pour obtenir les services d’une ambulance. Tout d’abord, l’activité a aidé les leaders communautaires à obtenir les informations nécessaires sur la disponibilité de véhicules en état de marche. Les parties prenantes ont appris par leur recherche et par voie de presse nationale que plusieurs ambulances étaient réservées pour certaines zones sanitaires et qu’une ambulance offerte par des fonds privés au Gouvernement était disponible.

Parallèlement à ce travail, l’activité a aidé les leaders communautaires à développer leurs capacités de techniques de négociations et à développer et maintenir une collaboration avec les autorités politico-administratives. Avec ces compétences nouvellement acquises, ces derniers ont pu présenter l’urgence pour le Plateau de bénéficier d’une ambulance auprès des maires mais aussi des hommes et femmes politiques au niveau national.

Grâce au soutien du peuple américain et la persistance des leaders locaux, les communautés ont pu obtenir une ambulance neuve le 22 octobre 2020. Le Gouvernement livra ce véhicule à travers le Projet Regional Disease Surveillance Systems Enhancement (REDISSE), un projet financé par la Banque mondiale et mis en œuvre par le Conseil National de Lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme.

[Réception officielle de l’ambulance médicalisée au profit du département du Plateau. Crédit photo : Barnabé Tchoudji]Réception officielle de l’ambulance médicalisée au profit du département du Plateau. Crédit photo : Barnabé Tchoudji

Depuis le 26 octobre, date de la mise en circulation du véhicule, et jusqu’au 31 décembre 2020, cette ambulance a permis la référence de 53 cas vers le Centre Hospitalier-Universitaire Départemental de Ouémé et Plateau ou vers l’hôpital de la zone sanitaire de Sakété. Sur l’ensemble des cas, 85 pour cent étaient des femmes enceintes, 10 pour cent des enfants de moins de cinq ans, 5 pour cent des blessés et un cas d’un patient atteint de la COVID-19. En complément de la réception du véhicule, le Plateau est en train de créer des directives pour la maintenance et la réparation afin que l’ambulance soit utilisée de façon pérenne.

M. Rafiou Aya, Président du comité de santé de la zone sanitaire de Pobè-Adja-Ouèrè-Kétou partage sa reconnaissance envers l’ensemble des parties prenantes qui ont travaillé pour rendre ce véhicule disponible :

« Pour cette ambulance, nous tenons à remercier le Gouvernement, le Ministère de la Santé et les autres personnalités au niveau départemental qui ont œuvré pour son obtention. Merci beaucoup également au staff de l’Activité de Services de Santé Intégrés de l’USAID dans le Plateau pour vos différentes suggestions. C’est ça le vrai développement. »